Die Neuapostolische Kirche Schweiz

1837 - 1899

1837
L’apôtre Henry Drummond est le premier apôtre des temps de la fin à fouler le territoire suisse. On ne sait rien de l’activité de cet apôtre anglais de l’Église apostolique-catholique dont sortira par la suite l’Église néo-apostolique.

1863
Les apôtres de l’Église apostolique-catholique se refusant à reconnaître d’autres vocations à l’apostolat, la paroisse de Hambourg se sépare, le 27 janvier, de ce qu’il est convenu d’appeler "l’ordonnance ancienne". D’une certaine manière, cette scission marque le début de l’Église néo-apostolique.
Il faudra attendre trente années, pour que la doctrine néo-apostolique soit aussi prêchée en Suisse.

1893
Richard Nordmann, qui adhère à l’Église néo-apostolique à Magdebourg (Allemagne centrale), perd son emploi. Au cours de sa recherche d’une nouvelle activité professionnelle, il s’arrête en Suisse et trouve du travail à Zurich.

Peu de temps après, il regroupe autour de lui quelques jeunes gens qui ouvre leur cœur au témoignage qu’il leur rend de sa foi. 

1894
Avec l’aide de ces jeunes gens qui se lient d’amitié avec lui, Richard Nordmann entreprend l’édification d’une communauté à Zurich. Il loue une pièce à Zurich-Aussersihl. Johannes Baumann, l’un de ses collaborateurs qui exercera par la suite le ministère d’ancien de district, se rend à Wolfenbüttel (Basse-Saxe, Allemagne), pour recevoir, de l’apôtre Friedrich Krebs, le don du Saint-Esprit. 

1895
La salle de célébration de Zurich-Aussersihl devient trop exiguë. La communauté s’installe dans de nouveaux locaux situés au 27 de la Wolfbachstrasse. 
En 1895, au cours du service divin de la Pentecôte, est posé le véritable fondement de l’Église néo-apostolique en Suisse. À Zurich, l’apôtre Friedrich Krebs peut dispenser le premier saint-scellé. Johannes Baumann est investi du ministère de diacre au cours de ce même service divin.
Le frère Richard Nordmann demande à son ami, le sous-diacre August Hölzel, de Wolfenbüttel (Allemagne), de le soutenir dans l’édification de la communauté.
De par le monde, l’Église néo-apostolique compte alors quelque 50 000 membres. 

1896
Né le 30 juillet 1832 et investi du ministère d’apôtre depuis 1881, Friedrich Krebs est désigné pour être le chef des apôtres, la dénomination d’ "apôtre-patriarche" ne se généralisant qu’ultérieurement.
Le sous-diacre August Hölzel s’installe à Zurich où, le 3 mai, l’apôtre-patriarche Friedrich Krebs célèbre un service divin, au cours duquel il l’ordonne dans le ministère de prêtre. Il y dispense également le saint-scellé, notamment à Gottlieb Rauser qui s’établit à Bâle au mois de novembre et y fonde une communauté.
Par la suite, d’autres communautés voient encore le jour dans le Sud du Pays de Bade et à Fribourg-en-Brisgau (Allemagne).
Ce même 3 mai, Ernst Güttinger est scellé lui aussi; au cours de la même année encore, il est ordonné sous-diacre à Zurich.
Pour des raisons d‘ordre professionnel, le diacre Johannes Baumann doit s’installer provisoirement à Lörrach, près de Bâle, mais, la même année, l’apôtre-patriarche Friedrich Krebs lui demande de déménager à Saint-Gall pour y créer une communauté. 

1897
Jakob Hauri, Jakob Amsler et Hans Brunner, de Zofingue, fréquentent les services divins à Zurich. Par la suite, une communauté voit le jour à Zofingue où 17 personnes sont scellées dans un délai rapproché.
À Saint-Gall aussi, l’apôtre-patriarche Friedrich Krebs peut sceller les premiers fidèles: la jeune communauté compte dès lors six membres.

1898
Jakob Hauri est investi du ministère de prêtre et de la responsabilité de la communauté de Zofingue. Andreas Cajoos, de la communauté de Zurich, déménage à Winterthur où il fait la connaissance d’Ernst Güttinger et du forgeron Rudolf Herter. Celui-ci met à disposition une salle située à Winterthur-Töss.
Friedrich Bock, que l’apôtre-patriarche Friedrich Krebs avait envoyé à Zurich l’année précédente, y est ordonné ancien de communauté ; quant au diacre Johannes Baumann, il devient prêtre à Saint-Gall. 

1899
Le 17 décembre, l’apôtre-patriarche Friedrich Krebs procède à la dispensation du premier saint-scellé à Winterthur; il ordonne Andreas Cajoos dans le ministère de sous-diacre et Rudolf Herter dans celui de diacre. 

                                Haut de page              1900 - 1920 >>